Pour le théâtre, j’ai d’abord écrit des pièces tout seul, sans aucun contact avec le monde du théâtre. Il n’y a pas pire méthode ! J’ai fini par comprendre que, pour avoir une petite chance que ses pièces soient montées, il fallait d’abord s’entendre avec un directeur de salle ou un metteur en scène…

C’est ce qui s’est passé pour Malentendus, avec Daniela Bisconti.

Depuis, d’autres projets se mettent en place, dont une adaptation de la nouvelle « Jonas » d’Albert Camus et une autre de La Chute.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *